Aller au contenu
ALCOR Diagnostics pollutions sol immobilier
ALCOR Diagnostics pollutions sol immobilier
Diagnostics pollution immobilier obligations et prix
ALCOR Diagnostics pollutions sol immobilier
Diagnostics pollution immobilier obligations et prix
ALCOR-Diagnostics-pollutions-sol-immobiliers
Diagnostic pollution des sols
Diagnostic pollution des sols

✆ 01 45 397 151 Paris et régions Nord, Nord/Ouest

✆ 04 84 894 060 Lyon, Marseille, Sud et Sud/Ouest

✆ 03 80 410 410 Régions Centre et Ouest

✆ 03 85 480 217 Régions Est et Nord/Est

Diagnostics pollutions phases 1 et 2 :
ventes, crédits, constats, permis ...
Industries, garages, commerces, habitations, terrains ...
ALCOR Diagnostics
Nos avantages
Interventions rapides toutes régions depuis 2001
Phases 1 & 2 conjointes = délai et coût réduits
Sondages des sols faible diamètre
Intervention sans nuisance, ni dégradation et en site occupé
ALCOR-Diagnostics-pollutions-sol-immobilier-Paris-Lyon-Marseille
Pollution sols
Diagnostics pollution immobilier obligations et prix
Questions / réponses pollution des sols
2 - Un propriétaire est-il responsable d’une ancienne pollution des sols ?
3 - Un ancien site recouvert de terres doit-il être dépollué pour une autre activité ?
4 - Quels sont les seuils de pollutions acceptables ?
ALCOR-Diagnostics-pollutions-sol-immobiliers
Diagnostic étude pollution
diagnostics phases 1 et 2 vente location
Diagnostics immobiliers
Diagnostics pollution immobilier obligations et prix
Diagnostics phases 1 & 2 : norme NF X 31-620-2

Expérience

Réactivité

Mobilité

Diagnostics pollution des sols
Quelles sont les obligations ?

Quelles sont les conditions de réalisation du diagnostic pollution des sols ?

Quel est le prix d'un
diagnostic ?

PlayPause

Fiches FDES, ACV

Fiche FDES

Fiches FDES, ACV (analyses du cycle de vie), étude permettant de déterminer l’impact environnemental de vos produits et pollutions.

Après création, ces fiches FDES (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire) sont utilisées lors des marchés de construction et appels d’offres pour informer vos clients.

Les entreprises productrices, selon le principe pollueur / payeur, doivent de plus en plus considérer l’impact écologique de leurs produits et prévoir leur élimination en fin de vie. La collectivité ne pouvant plus assurer cette lourde tâche, sans moyen adapté aux principes de productions des multitudes de produits et méthodes de fabrications.

Des systèmes de taxes, bonus-malus, incitent les entreprises à réduire les impacts environnementaux.

Trois phases sont prises en compte dans l’impact environnemental, FDES :
La phase production de votre produit
La phase utilisation de votre produit
La phase relative à sa fin de vie.

La première phase de l’ACV analyse votre méthode de production depuis l’extraction des différentes ressources, prenant en compte aussi les émissions des substances permettant d’élaborer vos produits.

Les matières premières nécessaires à la production représentent souvent l’impact le plus important sur l’environnement.

L’identification des principales sources d’impact peut permettre d’éviter le transfert des pollutions d’une phase du cycle de vie à une autre, en améliorant le process.
L’écolabéllisation est aussi un moyen de juger du faible impact environnemental du produit.

Arbre de processus, processus unitaire décrivant les flux :
FDES ACV

Objectif : Avant toute étude, il faut définir l’objectif, c’est-à-dire les applications envisagées du produit et le public concerné (usage interne ou publique).

Après avoir défini l’objectif, le champ d’étude est répertorié d’après le schéma ci-dessous :
Fiche FDES etude

Sont pris en compte :
–    l’extraction
 et 
la 
transformation 
des 
matières
 premières
 et
 de 
l’énergie
–    la
 mise 
à 
disposition
 des
 infrastructures,
 des 
machines
 et 
le 
transport
 des 
matières
 premières
–    la
 phase
 de
 production
–    la
 phase
 d’utilisation
 et
 d’entretien 
des
 produits
–    la
 phase 
de
 traitement
 des 
déchets :
 élimination,
 recyclage,
 valorisation…

La deuxième phase de l’ACV est celle de quantifier les différents flux de matières, d’énergies et de polluants utilisés (ICV).
La troisième étape doit évaluer les impacts du cycle de vie du produit (EICV) : pollution de l’air, du sol, de l’eau. Il s’agit en fait de l’impact environnemental et la santé humaine (CO2, masse de substance émise, score de dommages).

Lors de l’évaluation d’impact il faut prendre en compte les incertitudes. Par exemple le devenir chimique durant le transport peut être incertain. L’exposition humaine par inhalation ou ingestion est aussi une incertitude à considérer, y compris la gravité des maladies générées…

Divers facteur sont alors défini, tels que la fraction dans l’environnement, le nombre d’année de vie perdue équivalent par kg de substance ingérée par la population, le facteur de caractérisation du dommage (méthode
IMPACT
2002).

Une interprétation des résultats fera apparaître une analyse  d’amélioration, une étude d’incertitude et de sensibilité, une évaluation environnementale et socio‐économique

Plusieurs limites de l’ACV sont cependant à noter :
Les
limites
méthodologiques (la zone géographique est un facteur qui peut influencer le résultat)
Les
limites
liées
aux
données (un grand nombre de données sont nécessaires, parfois difficilement exploitable ou confidentielles…)

L’accessibilité
de
l’ACV (les bases les plus complètes sont payantes, l’ACV est donc complexe et coûteux).