PCB pollution environnementale solsLes PCB ou polychlorobiphényls sont des dérivés chimiques chlorés, regroupant 209 substances apparentées. Entre 1930 et le début des années 80, les PCB ont été produits pour des applications liées aux transformateurs électriques et aux appareils hydrauliques industriels. Leurs propriétés remarquables en matière d’isolation électrique et de stabilité thermique, leur lubrification excellente et leur résistance au feu y furent bien utiles. Cependant, leur production a été interdite en 1985 lorsqu’il est apparu qu’ils présentaient un danger pour l’homme et pour l’environnement. Ils doivent être éliminés de manière contrôlée par des entreprises agréées de destruction des déchets et leur utilisation doit être définitivement arrêtée pour 2010.

Quels sont les dangers pour l’homme et pour l’environnement ?
* Les PCB sont toxiques, sujets à la bioaccumulation glossaire, ils persistent dans l’environnement à cause de leur lente biodégradabilité et dégagent des dioxines sous certaines conditions ;
* ils sont fortement soupçonnés d’être cancérigènes, sans pour autant que cela ait été prouvé ;
* les PCB sont susceptibles de provoquer de sérieux problèmes de santé tels que l’acné (éruption de la peau), l’irritation des voies respiratoires et des maux de tête . En plus, ils seraient responsable pour une diminution de la fertilité;
* la stabilité des PCB, si utile dans les applications concernées, les rend difficilement biodégradables. De plus, ils sont solubles dans les graisses (lipophiles) et peuvent, de ce fait, s’accumuler dans de la chaîne alimentaire et ainsi, être retrouvés dans l’homme, l’animal et l’environnement;
* les PCB ne se distinguent pas, par leur aspect, des huiles minérales classiques et ils n’ont en outre ni odeur ni goût caractéristique. C’est précisément cette absence de signal de danger qui leur donne une apparence inoffensive.

Chez l’homme, la contamination s’effectue principalement au travers de la consommation alimentaire et les PCB s’accumulent dans l’organisme, plus particulièrement au niveau du tissu adipeux ; ils peuvent être retrouvés à des teneurs significatives dans le lait maternel et les lipides sanguins.
L’Afssa a défini des valeurs d’imprégnation critiques des PCB dans le sang. Selon l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, les femmes qui sont enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de trois ans doivent être mieux protégés contre les PCB, classés en tant que substances probablement cancérigènes pour l’Homme.
Dérivés chimiques chlorés peu biodégradables qui se sont accumulés dans les organismes vivants tout au long de la chaîne alimentaire, les PCB se retrouvent encore essentiellement dans les cours d’eaux français et donc dans les poissons issus de milieux pollués.
Les PCB s’accumulent dans l’organisme, plus particulièrement au niveau du tissu adipeux ; ils peuvent être retrouvés à des teneurs significatives dans le lait maternel et les lipides sanguins.
Une réglementation européenne fixe des seuils maximum à ne pas dépasser dans les aliments mais uniquement sur les PCB de type dioxines et assimilés alors que les PCB regroupent 209 substances.
Les teneurs sanguines en PCB, reconnus comme probablement cancérigènes pour l’homme, dans la population générale ont diminué et se situent dans la moyenne européenne. Cependant, une minorité de la population présente une imprégnation jugée trop élevée.

L’importance de définir un seuil pour femmes et jeunes enfants :
L’ensemble des connaissances actuelles acquises à la fois chez l’homme et chez l’animal montre que le développement neurologique du foetus et du jeune enfant constitue l’effet le plus critique d’une exposition aux PCB.

C’est pourquoi, sur la base des effets sur le développement neurologique de l’enfant in utero, l’Agence définit une valeur d’imprégnation critique de 700 nanogrammes de PCB totaux par gramme de lipides plasmatiques pour les femmes enceintes ou susceptibles de le devenir (fillettes et adolescentes incluses), les femmes allaitantes et les enfants de moins de trois ans.

Pour le reste de la population, l’Afssa propose, à titre indicatif, une valeur d’imprégnation critique de 1 800 nanogrammes de PCB totaux par gramme de lipides plasmatiques.
Environ 90 % des femmes de moins de 45 ans présenteraient des taux d’imprégnation inférieurs à la valeur d’imprégnation critique de 700 ng PCB totaux /g de lipides plasmatiques; les taux d’imprégnation les plus élevés sont observés chez les hommes de plus de 45 ans, très probablement en raison du pic d’exposition aux PCB observé dans les années 1970 et du caractère bio-accumulatif de ces contaminants. Ils montrent néanmoins qu’une attention particulière mérite d’être portée au suivi de l’exposition des femmes enceintes (ou susceptibles de l’être) et allaitantes en raison de la vulnérabilité particulière du système nerveux central en développement aux effets des PCB. Les produits de la mer et notamment les poissons sont considérés comme les principaux vecteurs de l’apport alimentaire en PCB.
Au regard des résultats du présent avis, l’Afssa recommande l’extension de la réglementation à l’ensemble des PCB, afin de mieux protéger les femmes et les enfants lorsqu’ils consomment du poisson dont le bénéfice pour la santé est avéré. Elle rappelle aussi que l’intensification de la réduction des rejets de PCB, 1er axe du Plan national d’actions sur les PCB, reste essentielle pour diminuer les expositions (l’Afssa, Agence française de sécurité sanitaire des aliments).

Plus de production depuis les années 80 :
* Au début des années 80, l’industrie décida d’arrêter la production des PCB de sa propre initiative ;
* en 1985, l’Union européenne frappa d’interdiction la production et le commerce de PCB ;
* elle autorisa toutefois la poursuite provisoire de leur utilisation dans les transformateurs électriques et les condensateurs existants ;
* en 1996, une nouvelle ligne de conduite fut adoptée, devant mener à l’élimination progressive des PCB avant la date limite de 2010 ;
* des entreprises agréées par les autorités doivent en garantir une destruction contrôlée.

PCB environnement pollution solProblèmes et solutions :
* Il n’existe qu’une seule façon vraiment respectueuse de l’environnement d’éliminer définitivement les PCB :
1. le démantèlement des transformateurs électriques et des condensateurs doit être effectué par des entreprises spécialisées et agréées
2. les fluides contenant des PCB doivent être incinérés dans des fours spéciaux à haute température ;
* la destruction des PCB est un investissement lourd. Par conséquent, d’importants lieux de stockage pour PCB se sont constitués. Ils y attendent leur destruction, mais risquent de fuir et de causer des dommages à l’environnement, si leur maintenance est peu judicieuse. En outre, il existe un risque pour que des destructions illégales et irresponsables se produisent, afin d’échapper au coût élevé de cette destruction ;
* afin d’optimaliser le démantèlement et l’élimination par des entreprises agréées, il conviendrait de reconsidérer les limitations imposées au transport international de ces produits chimiques.

Voir notre page Activité Audit environnemental de pollution des sols

 

No votes yet.
Please wait...