Logement BBC effinergie

« La Tribune QUALITEL », le rendez-vous annuel de l’Association QUALITEL a présenté les tendances constatées sur les premières opérations neuves certifiées «Bâtiment Basse Consommation» en donnant la parole à des professionnels dont l’architecte DPLG, François Pelegrin également urbaniste et président d’honneur de l’UNSFA.

Le label BBC est récent, les premières opérations certifiées datent de 2006-2007 mais dans le secteur de la construction les évolutions sont rapides. Bien qu’un peu en décalage avec les réalisations actuelles, les 24 projets étudiés permettent de tirer les enseignements des premières données.

François Pelegrin, architecte DPLG a ainsi analysé pour chacun des projets, les critères qui peuvent révéler des pratiques constructives spécifiques à la certification basse consommation. Il s’agit de l’étude de l’orientation des bâtiments, de leur épaisseur, compacité, des logements traversants, du nombre de logements par palier, les espaces tampons capteurs et isolants, le % vitrage séjour / chambre, le rôle du végétal, le système constructif, l’isolation …

Il en ressort plusieurs tendances dominantes, on retiendra une orientation des bâtiments Sud ou Est-ouest, des logements majoritairement traversants, des espaces tampon isolants et espaces tampon capteurs rarement proposés. Concernant le vitrage du séjour, le pourcentage atteint 15 à 20% et pour la chambre, la fourchette se situe entre 10 et 20%. Le rôle du végétal est quasi inexistant, le caractère bioclimatique très peu exprimé. Pour la partie isolation, on trouve encore beaucoup d’isolation par l’intérieur (ITI) même si l’on constate un net développement de l’isolation par l’extérieur (ITE). Il existe donc de fortes marges de progrès.

Pour François Pelegrin, la conclusion est la suivante : « Le BBC n’induit pas une architecture particulière ni une technologie spécifique. Il semble possible moyennant des efforts importants sur l’isolation et les équipements de rendre BBC, un bâtiment qui n’a pas été conçu initialement dans cet objectif. »

« Il faut oser la rupture » c’est le mot d’ordre de François Pelegrin qui considère que pour concevoir des projets encore plus performants, il ne faut pas hésiter à faire appel à toutes les filières technologiques, tous les types de matériaux (béton, bois, terre cuite, acier, composites…) et tous les modes constructifs.

La difficulté est de définir dès le départ des objectifs très clairs, le référentiel BBC est en cela une aide précieuse et un véritable fil conducteur. Mais la question du budget travaux reste essentielle sachant qu’il faut compter sur un surcôut de 8 à 12% . Ce type de projet necessite aussi une qualité d’exécution et un suivi de chantier exemplaires. Une fois le bâtiment livré, il faut en assurer la gestion et accompagner le comportement de l’utilisateur.

François Pelegrin souligne l’importance du coût de la « non-qualité » : « La non-qualité se chiffre en milliards : 15 milliards d’euros HT par an soit environ 10% du chiffre d’affaire du secteur de la construction en France et 7 milliards d’euros par an pour l’assurance dommage-ouvrage et les expertises. »

Antoine Desbarrières directeur de l’association Qualitel, conclut en précisant le rôle de la certification en tant qu’indicateur de performance : « La certification est un observatoire des bonnes et mauvaises pratiques qui accompagne la maîtrise d’ouvrage. Elle engage des programmes de recherche pour trouver des solutions à la demande des utilisateurs et étudie le comportement de l’habitant dans son logement. C’est un outil au service du marché, impartial et indépendant, qui a pour objectif d’informer, d’analyser mais qui ne délivre pas de conseils. »

Les chiffres du label BBC – Effinergie en 2010 :
– 1500 opérations en demande de label soit environ 55.000 logements (contre 20.820 en 2009)
– 102 opérations certifiées soit 2835 logements.
 

http://www.qualitel.org

 

No votes yet.
Please wait...