Energie solaire

 

Il existe 2 types d’installation : le chauffe Eau Solaire Individuel et le système Solaire Combiné

– L’installation la plus simple est le chauffe eau solaire individuel : pour les besoins d’eau chaude sanitaire

– Une installation solaire pour les besoins de chauffage + d’eau chaude sanitaire, appelée communément « SSC » (Système Solaire Combiné)

 

Les systèmes de chauffage à basse température sont couramment utilisés, comme le plancher chauffant, pour éviter des stockages d’eau chaude trop importants.
Le système solaire combiné le plus répandu en France à ce jour est appelé PSD ® « Plancher Solaire Direct ». Selon le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), les PSD constituent l’une des applications les plus intéressantes de l’énergie solaire au chauffage des locaux, combinée avec la production d’eau chaude sanitaire. L’encombrement de ce système est donc réduit du fait de son intégration au plancher. Les planchers chauffants et /ou les radiateurs basse température sont des systèmes tout aussi efficaces.

 

Installation solaire capteurs panneaux

 

Le chauffage solaire : source d’énergie pour le chauffage et l’eau chaude

Le capteur solaire est un dispositif placé soit en toiture, soit sur un support à même le sol qui reçoit l’énergie du soleil. La chaleur du capteur solaire est transféré vers ballon à accumulation via un circuit hydraulique, composé d’une pompe de circulation et d’un régulateur. L’eau chaude est contenu dans le ballon et est disponible selon vos besoins.

 

Les ballons d’accumulation captent et mettent en réserve les apports solaires. En fonction de l’ensoleillement, il peut donc y avoir des moments où la disponibilité en calories est supérieure aux besoins (eau chaude, chauffage) et des moments où elle n’est pas suffisante. Pour cela, une autre source d’énergie est nécessaire pour combler ce que l’on appelle la « couverture solaire » et fournir le complément pour chauffer l’eau chaude sanitaire à la température ainsi que le chauffage :

– Une résistance électrique dans un ballon qui se déclenche automatiquement en heures creuses ou sur demande.
– Une chaudière fioul, gaz, bois, …
– Une pompe à chaleur, …

Installation solaire ECS

Les différentes aides et subventions :

* Aides des conseils généraux et régionaux
Certains départements et régions ont mis en place, par l’intermédiaire des conseils généraux et régionaux, des aides à l’installation complétant le dispositif national
Renseignez-vous directement auprès du Conseil Général de votre département et des Espaces Info-Energie de l’ADEME. Les régions peuvent également intervenir en faveur de l’installation à travers le Contrat de Plan Etat Région. Dans ces cas, leur intervention porte plutôt sur des actions d’animation ou de communication et plus rarement sur des aides directes au futur installé.

* Aides de l’ANAH
L’anah attribue des subventions aux propriétaires, qui réalisent des travaux pour améliorer le confort dans les logements qu’ils occupent ou qu’ils louent ou envisagent de louer à titre de résidence principale.
anah
Son montant est plafonné. Il varie en fonction de vos conditions de ressources (propriétaire occupant), de la localisation du logement et du futur montant des loyers (propriétaire bailleur). Son montant est plafonné. Il varie en fonction de vos conditions de ressources (propriétaire occupant), de la localisation du logement et du futur montant des loyers (propriétaire bailleur).
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez vous adresser à la délégation locale de l’ANAH située à la Direction Départementale de l’Équipement (DDE).

* Aides pour les immeubles d’ habitation et autres
Pour encourager ces projets solaires, l’ADEME a donc mis en place depuis 1999 des mécanismes d’aide aux études (aide à la décision) et des modalités d’aide aux travaux (aide à l’investissement solaire). Ces aides concernent des projets avec une surface de capteurs supérieure à 50 m2.

Crédit d’impôt de 50% pour les installations :
La loi de finances
La loi de finances 2005 prévoit la mise en place d’un crédit d’impôt pour les installations d’énergies renouvelables.
Cette mesure a pour vocation une diffusion large des équipements énergétiques durables afin de contribuer à l’atteinte des objectifs ambitieux de la France en matière d’économie d’énergie et d’énergies renouvelables.
Elle s’inscrit dans la stratégie mise en place pour réduire d’un facteur 4 nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Le crédit d’impôt est ouvert à tous, imposables ou non.

Dynamisation du crédit d’impôt pour dépenses d’équipements de l’habitation principale relatives aux économies d’énergie. Afin d’améliorer la performance énergétique des logements, le taux du crédit d’impôt passe :
– de 40 à 50% pour les équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable et les pompes à chaleur dont la finalité est la production de la chaleur.
– de 25 à 40% pour les chaudières à condensation et les matériaux d’isolation thermique à la double condition que ces équipements et matériaux soient installés dans un logement achevé avant le 1er janvier 1977 et que cette installation soit réalisée au plus tard le 31 décembre de la deuxième année qui suit celle de l’acquisition du logement.

Enfin, pour encourager le développement des énergies renouvelables, il est proposé d’intégrer parmi les dépenses éligibles au crédit d’impôt, le coût des équipements de raccordement à un réseau de chaleur lorsque ce réseau est alimenté, soit majoritairement par des énergies renouvelables, soit par une installation de chauffage permanente utilisant la technique de la cogénération. Ces dépenses bénéficieraient du crédit d’impôt au taux de 25%.

Voir aussi le site de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie

No votes yet.
Please wait...