Diagnostic amiante travaux démolition

Les opérations de réhabilitation et de démolition sont des opérations à très hauts risques, compte tenu de la présence potentielle d’amiante dans de nombreux matériaux et produits, et nécessitent de ce fait une recherche exhaustive des matériaux et produits amiantifères concernés par les travaux avant le démarrage de l’opération.

L’amiante, longtemps considéré comme le « magic minéral » compte tenu de ses propriétés exceptionnelles, a abondamment été utilisé jusqu’à son interdiction en 1997. Plus de 3 000 produits à utilisation industrielle ou domestique ont ainsi été fabriqués à base d’amiante. On estime actuellement à 4 à 5 millions de tonnes, la quantité d’amiante mise en œuvre en France ce qui représente plusieurs millions de mètres carrés de produits posés, projetés ou étalés. Un héritage de 80 kg d’amiante par habitant à gérer… ce qu’on appelle pudiquement « l’amiante résiduel», c’est-à-dire l’amiante encore en place.
Les métiers du second oeuvre du bâtiment payent actuellement un lourd tribut à la mise en place par le passé de ces matériaux et produits à base d’amiante. Aujourd’hui par exemple, 35 % des mésothéliomes sont observés dans les professions du bâtiment, principalement dans celles du second oeuvre (peintres, plombiers, électriciens, etc.). Ces professions continueront encore pendant de nombreuses années à alimenter des chiffres qui consacrent l’amiante au rang de plus grand désastre sanitaire jamais connu en France, puisqu’on attend 50 000 à 100 000 décès dus à l’amiante d’ici 2025 à 2030. Ces décès sont malheureusement actés, puisqu’ils sont dus à des expositions passées (une des caractéristiques des cancers liés à l’exposition à l’amiante concerne les très longs temps de latence s’écoulant entre l’exposition et la survenue de la maladie ; s’agissant du mésothéliome, ils sont estimés à trente, voire quarante ans).
LA NORME NF X 46-020
L’évolution du champ d’application du décret n°96-97 et les écarts constatés dans sa mise en oeuvre par les organismes de repérage des matériaux contenant de l’amiante ont montré qu’il était nécessaire de préciser le contenu, la méthodologie et les modalités de réalisation des missions de repérage d’amiante. Un consensus a été rapidement obtenu (novembre 2002) sur l’établissement de la norme NF X 46-020 traitant du repérage des matériaux et produits contenant de l’amiante dans les immeubles bâtis. Par ailleurs, la norme NF X 46-020 définissant également le contenu des missions de repérage qui peuvent être menées avant la réalisation de travaux (opération de réhabilitation de bâtiments), elle constitue actuellement le meilleur moyen de satisfaire aux exigences du code de la santé publique et du code du travail. Elle précise le rôle des différents acteurs concernés (opérateur de repérage et donneur d’ordre) ainsi que les éléments à faire figurer dans les rapports de mission de repérage.
Bien que la norme ne s’applique qu’aux immeubles bâtis, les principes de repérage qui y sont présentés peuvent être utilement pris comme base pour les repérages de matériaux et produits contenant de l’amiante dans les domaines non couverts par le décret n°96-97 modifié, à savoir les navires militaires et marchands, les aéronefs et les véhicules ferroviaires et terrestres. La norme NF X 46-020 a fait l’objet d’une révision en décembre 2008.

Vous pouvez nous contacter pour un devis Diagnostic amiante avant travaux / démolition

Voir aussi nos activités de diagnostic amiante et divers

 

No votes yet.
Please wait...