diagnostic de pollution sol, glossaire

 

Diagnostic de pollution des sols
Aujourd’hui, la majeure partie de la population d’Europe occidentale vit en ville et cela provoque l’addition d’un très grand nombre de pollutions.
La pollution des sols est une composante épineuse du développement urbain à laquelle se trouvent confrontées les collectivités locales, et les institutions en charge, tant pour garantir la santé des populations que pour accompagner le développement économique. Les pouvoirs publics n’ont le plus souvent pas de légitimité, ni de moyens propres pour intervenir. Mais ils peuvent jouer un rôle important d’information, de facilitateurs et de coordinateurs pour trouver des solutions acceptables (ADEME, 2006). Le milieu urbain est en effet à l’origine de plusieurs sources de pollution des sols.

Vous pouvez prendre connaissance de notre activité de Diagnostics pollutions des sols

et trouvez ci-après un glossaire permettant de mieux comprendre les termes liés à la pollution 

GLOSSAIRE pollution des sols :
 
Aquifère : Terrain perméable, contenant une nappe d’eau souterraine, suffisamment conducteur pour permettre l’écoulement significatif d’une nappe et le captage de quantités d’eau appréciables
 
Bioaccumulation : Processus d’accumulation d’une substance dans tout ou partie d’un organisme vivant, via la chaîne alimentaire ou un écosystème. Processus d’échange entre un être vivant et son milieu, entraînant des concentrations plus élevées à l’intérieur de cet organisme que dans son environnement ou sa nourriture.
 
Biocarburants : Carburants liquides produits à partir de plantes cultivées.
 
Biodégradabilité : Aptitude potentielle d’une substance organique à être biodégradée, généralement par des micro-organismes.
 
Biodégradation : Décomposition, plus ou moins rapide, de certaines substances (ex. : matière organique), en molécules plus simples, résultant des actions complexes d’organismes vivants, aérobies ou anaérobies. La dégradation peut être incomplète (modification de la structure initiale de la molécule) ou complète (transformation en substances inorganiques, tels que CO2, CH4, …).
 
Cancérogène : Se dit de tout facteur, chimique, physique ou biologique, susceptible de provoquer ou de favoriser l’apparition d’un cancer.
 
Contamination : Présence anormale d’une substance, de micro-organismes dans un milieu, un objet, ou un être vivant. La notion de contamination est appliquée historiquement et dans l’ordre aux micro-organismes, puis aux substances radioactives.
 
Corrosion : Interaction physico-chimique entre un métal et son milieu environnant entraînant des modifications dans les propriétés du métal et souvent une dégradation fonctionnelle du métal lui même, de son environnement ou du système technique constitué par les deux facteurs.
 
Danger : Situation ou possibilité pour une substance, du fait de ses caractéristiques ou propriétés intrinsèques, de provoquer des dommages aux personnes, aux biens, à l’environnement, dans des conditions déterminées d’exposition.
 
Décharge : Dépôt, accumulation de déchets.
 
Déchet : Toute substance ou tout objet dont le détenteur se défait ou a l’obligation de se défaire en vertu des dispositions nationales en vigueur.
 
Dépollution : Opération qui consiste à traiter, partiellement ou totalement, un milieu pollué (sol, eaux, air) pour en supprimer ou en diminuer fortement le caractère polluant, dans le but de restaurer leurs fonctions et les remettre en état pour un usage.

Dépôt : Accumulation de produits divers (matières premières, produits finis, déchets, …) stockés en un même lieu, en vrac ou en conteneurs.
 
Dommage : Perte, dégât, préjudice matériel, corporel ou immatériel, immédiat ou différé, subi par une personne (physique ou morale), par le milieu naturel, ou par un bien meuble ou immeuble.
 
Exposition : Contact avec un agent chimique ou physique pendant une certaine période.
 
Friche : Espace laissé à l’abandon, temporairement ou définitivement, à la suite de l’arrêt d’une activité agricole, portuaire, industrielle, de service, de transformation, de défense militaire, de stockage, de transport.
 
Hydrocarbure : est un composé organique contenant exclusivement des atomes de carbone (C) et d’hydrogène (H).
 
Impact : Effet d’une action, d’un aménagement, d’une exploitation de matière première, …, sur un milieu naturel, des organismes, un écosystème, des paysages, …
 
Lessivage : Entraînement par l’eau à travers les horizons de sols des substances fixées sur des particules fines.
 
Lixiviation : Dissolution et entraînement de substances d’un solide complexe sous l’action d’un solvant (exemple : eau à travers les horizons d’un sol).
 
Mobilité : Aptitude d’une substance ou de particules à migrer, soit sous l’action de la gravité, soit sous l’influence de forces locales.
 
Mutagène : Se dit de tout facteur, physique, chimique, susceptible de provoquer des modifications génétiques chez les organismes vivants.
 
Nappe (d’eau souterraine) : Eaux souterraines remplissant entièrement les pores d’un terrain perméable (aquifère) de telle sorte qu’il y ait toujours liaison par l’eau entre les pores ; la nappe s’oppose à la zone non saturée sus-jacente ; une nappe peut recevoir différents qualificatifs relatifs à son gisement (nappe alluviale, …), à ses conditions hydrodynamiques (nappe captive ou libre, artésienne, …), ou à des caractéristiques de l’eau (nappe salée ou thermale, …).
 
Noael (no observed adverse effect level) : Niveau (dose) le plus élevé, dans une expérience, ne produisant pas d’effet néfaste observé.
 
Perméabilité : Aptitude d’un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l’action d’un gradient hydraulique (différence de charge hydraulique entre deux points d’un aquifère par unité de distance, selon une direction donnée) ; cette perméabilité se traduira soit par une vitesse d’infiltration, soit par un coefficient de perméabilité à l’eau ; ce coefficient dépend notamment de l’état de saturation en eau du milieu ; la perméabilité s’exprime en volume d’eau par unité de temps et par unité de surface, mais aussi usuellement par unité de vitesse.

Persistance : Propriété que possède un xénobiotique à demeurer présent dans l’environnement. Elle peut se mesurer par la durée nécessaire pour obtenir une dégradation complète ou partielle.

Piézomètre : Dispositif servant à mesurer une hauteur piézométrique en un point donné de l’aquifère, qui indique la pression en ce point ; il permet l’observation ou l’enregistrement d’un niveau d’eau libre ou d’une pression.

Polluant : Produit, substance ou composé chimique responsable d’une pollution. On distingue les polluants primaires, rejetés directement dans le milieu naturel, des polluants secondaires qui proviennent de réactions sur les premiers, ou entre eux.

Pollution : Introduction, directe ou indirecte, par l’activité humaine, de substances, préparations, de chaleur ou de bruit dans l’environnement, susceptibles de contribuer ou de causer :
– un danger pour la santé de l’homme,
– des détériorations aux ressources biologiques, aux écosystèmes ou aux biens
matériels,
– une entrave à un usage légitime de l’environnement.

Porosité : Ensemble des volumes de vides occupés par des fluides à l’intérieur d’un corps ou d’un milieu solide. Elle s’exprime par le rapport du volume des vides occupés par des fluides au volume total du solide.

Pollution historique : Pollution héritée d’activités passées, souvent exercées en toute légalité et qui se révèlent aujourd’hui dommageables.

Pollution actuelle : Souvent déterminée dans la législation des sols par une date à partir de laquelle la pollution est considérée comme actuelle et généralement les mesures à appliquer sont différentes selon qu’il s’agisse d’un type ou autre de pollution.

Risque : Probabilité qu’un effet indésirable se réalise dans des conditions d’exposition données.

Ruissellement : Partie des précipitations atmosphériques (pluie, neige) qui s’écoule à la surface du sol et des versants.

Sol : Couche superficielle, meuble, de la croûte terrestre, résultant de la transformation de la roche mère enrichie par des apports organiques.

Source (de pollution) : Terme générique désignant une entité (spatialement délimité, foyer) ou un ensemble d’entités dont les caractéristiques ou les effets permettent de les considérer comme à l’origine de nuisances ou de dangers. Il s’agit en général de zones où des substances dangereuses, des déchets ont été déposés, stockés ou éliminés.

Spéciation : Définition de la forme chimique ou de la phase porteuse, dans laquelle se trouve un élément (forme ionique, structure moléculaire, association physique, support minéral ou organique).

Toxicité : Propriété d’une substance chimique introduite dans un organisme, d’engendrer, temporairement ou non, des troubles de certaines fonctions. La toxicité peut être la conséquence de divers phénomènes :
– par cumul de doses liées à des composés stables et rémanents (métaux lourds, pesticides chlorés, fluorures, …),
– par sommation des effets liés à des produits métabolisés par l’organisme,
– toxicité immunoallergique liée à la sensibilité propre au sujet, sans qu’il y ait une relation entre la dose et l’effet.
On distingue la toxicité aiguë (causant la mort ou des désordres physiologiques importants immédiatement ou peu de temps après l’exposition), subaiguëe (effets dus à des doses plus faibles, se produisant à court terme, sur des organes cibles, parfois réversibles), ou chronique (causant des effets irréversibles à long terme par une absorption continue de petites doses de polluants, ou des effets cumulatifs).

Valeur d’intervention : valeur limite de concentration au-delà de laquelle le risque n’est plus tolérable et un assainissement s’impose.

Valeur de référence : valeur limite de concentration en contaminants à atteindre à long terme sous laquelle aucun risque n’est encouru pour la santé humaine et l’environnement. Sous cette valeur, le sol est qualifié « de qualité » et convenant à tout usage.

Valeur seuil : valeur limite de concentration en dessous de laquelle le risque est négligeable. Il s’agit de la valeur à atteindre au moins lors de l’assainissement. Ce sont des valeurs intermédiaires entre les valeurs de référence et les valeurs d’intervention.

Vecteur (de pollution) : Milieu, organisme, support physique minéral ou organique, liquide ou solide ou gazeux, susceptible de transmettre un élément polluant ou infectieux vers une cible à partir d’une source de pollution, par des processus de transport identifiés.

Volatilité : Aptitude d’une substance à s’évaporer, généralement mesurée par la tension de vapeur.

 

No votes yet.
Please wait...